Les conditions financières de la vente en viager ne reposent sur aucune loi réglementaire. Il s’agit d’une vente de gré à gré où les parties, débirentiers et crédirentiers, définissent librement les modalités. Il faut toutefois veiller à ce que le caractère aléatoire du contrat viager soit respecté.

Afin de définir un cadre de commercialisation cohérent et en adéquation avec le marché, il a quelques règles à respecter :

  • Définir la valeur vénale du bien

C’est-à-dire la valeur marché. Cette première étape cruciale permettra de déterminer le bouquet et la rente.

  • Réaliser un abattement sur la valeur vénale dans le cas d’un viager occupé

Cet abattement est la résultante de l’occupation future du bien, une sorte de loyer payer d’avance

  • Ventiler la valeur occupée en bouquet et en rente

Une fois la valeur occupée déterminée, il faudra choisir le montant du bouquet souhaité en fonction des besoins des vendeurs et de la réalité du marché. Le capital restant sera converti en rente viagère.

Il faut toutefois garder à l’esprit la loi du commerce qui est le croisement de l’offre et de la demande. Les montants calculés pourront être différents lors de la vente. Les conditions du viager sont négociables.

Pour toutes précisions, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone au 0.805.38.05.05 (appel gratuit) ou par mail à contact@expert-viager.com